Chroniques de mariage / Mariage

Où l’appellation F*** Faire-Part prend tout son sens

Une chronique de Madame [ã]ncre

Surprise ! Les chroniqueuses Paillettes et Chaussettes, anciennes Dentelles pour certaines, sont très heureuses de vous faire (re)découvrir leurs chroniques de mariage. Nous espérons que vous prendrez autant de plaisir que nous à relire leurs beaux récits.

À l’heure où je te parle, mes doigts sont pleins de colle, mes vêtements sont pleins de résidus de fils et de morceaux de papiers, mes nerfs sursautent et mon œil tressaute. Chère bride-to-be, conseil n°1 (ne t’en fais pas je ne suis pas sûre d’en avoir d’autres par la suite), chère bride-to-be, disais-je, ne sous-estime JAMAIS les conseils des anciennes futures mariées. JAMAIS !!

Lorsque les anciennes futures mariées nomment les faire-part par un nom pas joli-joli, pose-toi des questions ! Non, les conseils des anciennes futures ne sont pas toujours avisés, mais crois-moi, et crois-en mes cheveux arrachés par poignées, les faire-parts, c’est une invention du Diable ! Oui, rien que ça !

Vois-tu, comme je l’indiquais dans ma présentation, le DIY, c’est mon truc, j’adore créer de mes mains, j’y trouve une satisfaction énorme ! La fierté d’avoir créé soi-même (un truc qui va être jeté à la poubelle dans un an, oui, je sais, n’en rajoute pas sois gentil.le), d’avoir des compliments, des éloges, et des « incroyable, tu sais tout faire, toi ! » (j’en rajoute peut-être un brin). Bref, j’aime ça ! Et en plus ça m’occupe, ça m’évite d’être scotchée à mon ordinateur 20h/24, c’est bien non ? Et puis, on te dira aussi « tu fais des économies comme çaaa ! » ha ha ha ! Ou pas.

Bref, quand je me suis lancée là-dedans, insouciante, joyeuse et fraîche comme la rosée du matin, j’aurais dû repenser aux conseils de mes prédécesseurs (prédécesseures, prédécesseuses, prédécesrices, voire Académie Française pour tout débat) et j’aurais dû me méfier ! Appeler ça F*** Faire-Part, parce qu’on ne nous les renvoie jamais, parce que nos gentils invités font comme si de rien n’était, genre « moi ? Je n’ai rien reçu, non, non ! » oui, certes, MAIS PAS QUE !!!

J’ai donc décidé, naïvement, que je pouvais créer moi-même mes faire parts. J’avais une idée très arrêtée puisqu’un modèle m’avait littéralement fait chavirer le cœur sur la toile, le même que Madame Flocon, qui en plus te présente sa fabrication.

J’ai donc décidé de faire un faire part en plusieurs étapes que voici :

  • Une pochette kraft (découpée de mes petites mains sur des feuilles de kraft A4)
  • 4 cartes de format différent, créées par mes petits doigts sur Photoshop puis envoyées chez mon imprimeur : la carte d’invitation contenant sur le recto l’invitation en elle-même, la date, l’heure, et le lieu, au verso l’organisation de la journée ; une carte recto/verso pour expliquer notre rituel pour la cérémonie laïque (la capsule temporelle, je t’en reparlerai à l’occasion) ; la carte-réponse en recto/verso également qui demande le nombre d’adultes présents, le nombre d’enfants, les intolérances alimentaires etc ; une carte de visite résumant nos données telles que numéro de téléphone, mail, et surtout notre site Internet, que là aussi, nous nous sommes joyeusement enquiquinés à faire, et sur lequel il y a bien sur un mot de passe à leur fournir
  • 4 photos d’identité différentes et rigolotes où la dernière photo présage un mariage heureux et serein, le tout imprimé en autant d’exemplaires que nécessaire
  • et enfin, parce que tout cela aurait été trop facile, des enveloppes faites-main, puisque mes F**FP n’allaient dans aucun modèle d’enveloppe du marché ! (La blague…)

Quand j’en ai eu fini avec tout ça, la Poste était fermée, et donc je n’aurais pas dû me précipiter. Bref, les voici ENFIN finis !

Crédit photo : photo personnelle

Alors si l’idée te trotte de vouloir faire ces petites choses là toi-même, sache qu’il va te falloir BEAUCOUP de patience. Oui, beaucoup, car sache que tu t’embarque dans une usine à gaz, et que ce n’est pas pour rien que certains en font leur job à plein temps !

Budgétairement parlant, tout dépend dans quoi tu te lances. Tu peux, je pense, faire des économies, si tu réfléchis bien, si tu achètes en gros ou sur des boutiques pas chères au loin là-bas (c’est le mal, je sais, mais mon portefeuille me remercie) si tu réfléchis bien, et si tu réfléchis bien ! Petit exemple comme ça en passant, penses au poids de ton faire-part final, parce que si tu dois mettre 5 timbres par enveloppe à la fin, gloups !

Sinon, il va te falloir courir les magasins pour tâter du papier et définir le grammage que tu souhaites. Il va te falloir avoir des notions de règles d’impression ou te faire faire une formation express parce que c’est comme le théorème d’incomplétude ou la loi des grands nombres, si t’y connais rien en maths, comme moi, tu vas déjà commencer à déchanter. Ensuite il va te falloir découper, transpirer, re-découper, te demander si tu auras assez de papier, coller, te tromper, recommencer, suer, décoller ton pouce de ton majeur en y laissant quelques bouts de peau, soupirer, plier, t’énerver, et enfin, hurler aux quatre vents.

Mais ne t’en fais pas ! Au final, quelle satisfaction tu auras, quand tout le monde te dira « oooh qu’ils sont beaux ! » ou bien « mais, je n’ai pas compris, c’est où déjà ? Une cérémonie laïque ? Tu ne te marie pas à l’église ?? », « Je peux venir avec la petite nièce de mon cousin par alliance ? », « Ah bah quand-même, on ne les attendait plus ceux-là ! Tout ça pour ça ? ». Oui. Quelle joie. 

Mais en vrai, presque 3 ans plus tard, qu’est ce que j’en suis fière, de ces faire-parts !

Et toi, as-tu décidé de te lancer dans la grande aventure du F** Faire-Part fait-main ou es-tu moins dingue que moi plus raisonnable aussi courageuse?

S’abonner
Notification pour
guest

1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Mademoiselle Poison Elfie

Tu as bien le droit d’être fière ! Ils sont beauuux !!