Chroniques de mariage

Tome 2, Chapitre 3 : Où on sent que le mariage est un poil maudit

Un article de Mlle Poison Elfie

Bonjour ma paillette,

Tu as pu suivre mon mariage civil, organisé à la hâte, dans un contexte de couvre-feu dans les chapitres 1 et 2. Celui-ci va te permettre de suivre le dernier mois de préparatifs pour le mariage laïc et la grosse fiesta. Je raconterai ce beau moment dans le tome 3, avant de refermer la page « Mariage » de nos vies.

Crédit photo : DGlodowska sur Pixabay

J-3 et J-2 mois : Où je commence à re-paniquer

Bon, ok, j’ai menti, je remonte un peu plus loin. Simplement, nous sommes en janvier 2022, on a reçu notre 3ème dose, on commence à parler de retirer les masques.

On a eu la chance de refaire nos essais maquillage et coiffure avec la talentueuse Lou des Mariées de Lou. Nos coups de fil avec Alexandra de Nouveau Chapitre deviennent de plus en plus réguliers. Cela recommence à sentir la paillette et le mariage ! À tel point que je repasse ma robe et que tu peux suivre mes aventures avec celle-ci ici. Je te passe les détails, mais c’est croquignolesque.

Une faille dans l’espace-temps : God, ça se rapproche !
Crédit photo : geralt sur Pixabay

On commande des masques en plus chez le Masque français. C’est bientôt la Saint-Valentin, on a le droit à des masques « Amour » avec des petits cœurs mimis, banco, ce sera dans le welcome bag ! 15 jours après, on apprendra que les masques ne sont plus obligatoires … LOL

Ceci dit, un masque, on le sait maintenant, c’est toujours utile … Certain.e.s invité.e.s voudront peut-être aussi garder le leur, au moins, ils en auront des choupis.

J-1 mois : Où on fait des trucs de mariées

J-1 mois, c’est le moment où nous ne sommes jamais arrivées, je crois. On a toujours été bloquées avant. On franchit une nouvelle étape dans la victoire du Coronacaca et dans l’accomplissement de notre quête de super-héroïnes. Alors, on en profite, et on fait des trucs de mariées.

J’ai refait toute ma papeterie sur Canva, comme je l’expliquais ici. Et bien, c’est le moment de commander ! On a tout pris chez eux, c’est-à-dire : des cartes (carte de visite, bouts ronds) pour les mouchoirs, deux affiches en A3 pour le livre d’or et le photobooth, des cartes (A5) pour poser sur les tables et donner un QR code pour les photos, les carnets de chants et les carnets de coloriage, et enfin, les dépliants pour expliquer la cérémonie laïque.

À J-1 mois, comme beaucoup d’entre nous, on va s’atteler aux DIY, regroupements, « vas-y passe tes soirées à faire des trucs sur le canapé ». Les carnets de coloriage seront amenés sur mon lieu de travail pour piquer l’énorme agrafeuse qui va bien. Ils sont imprimés à l’envers, but, well … on s’en moque. Les carnets de chants sont pliés et agrafés en 2 soirées.

J’ai acheté sur internet des petits sachets en plastique pour mettre 2 mouchoirs et la carte. Je ne sais plus combien j’en ai fait … plus de 150, je crois ! Mais une fois que tu as pris le pli, ça va assez vite. J’ai mis 2 soirées aussi. Je dis « je » parce que Mlle Harley Couine était en pleine activité militante et préparait, elle, les élections présidentielles … Chacune à sa tâche !

Dernier point, et celui qui nous a demandé le plus de temps, le welcome bag ! J’ai créé un nouveau tableau Excel, vérifié que nous avions assez de tout (spoiler : non) et c’est parti pour des heures de fun (bof/20). C’est un véritable travail à la chaîne qu’on a mis en place. Globalement, cela nous a pris 3 après-midis, sachant que nous avons dû changer le nom de certains sacs, je t’explique juste après pourquoi. Dans nos welcome bags, on pouvait trouver : des gobelets à nos noms (et à la 1ère date, celle de 2020), un dépliant pour la cérémonie laïque, des masques donc, des bonbons, un pashmina s’il fait froid, des mouchoirs et des bulles pour la sortie des mariées.

Les welcome bags, feat nos chaussures
Crédit photo : photo personnelle

À partir de J-1 mois : où en fait, on a dû offenser des gens

J-1 mois, c’est aussi le moment où nous commençons à recevoir les premières réponses « finalement, je ne viens pas ». Aucun jugement, tout le monde a de bonnes raisons, c’est juste qu’il faut que tu y sois préparé.e, petite paillette.

Entre autres, j’ai surtout vu ma demoiselle d’honneur, La Louve du Gévaudan, jeter l’éponge. À deux semaines du mariage, j’ai donc prévenu Mlle Flowers (dont tu as entendu parler ici et ici) qu’elle devait reprendre le flambeau. Par chance (?), on en avait déjà parlé au mois de janvier, quand je sentais que la planche était pourrie et elle avait accepté avec grand plaisir. Je savais que je pouvais compter sur elle ! Elle a massicoté les faire-parts, elle m’a accompagnée à chaque étape, c’était plus qu’une évidence que ce soit elle !

On est à J-3 semaines quand on reçoit un coup de fil ultra inquiétant. Ma belle-maman, Maman Couine, vient de faire une chute pendant une randonnée : double fracture ouverte du poignet. Grosse inquiétude pour elle et remise en cause de sa présence au mariage : elle doit prendre l’avion, or sa blessure réclame un calme absolu et risque de se rouvrir à la moindre secousse. On suivra au jour le jour (ou presque) la cicatrisation. Qui sera suffisamment bonne pour lui permettre de nous rejoindre ! Ouf ! Mais on en est quitte pour une belle frayeur.

Abandonnez-moi en route, je reste là
Crédit photo : ambermb sur Pixabay

Deux semaines avant le Jour-J, je pars en Italie avec des élèves et des collègues de choix. Je laisse à Mlle Harley Couine tout une liste de trucs à faire : traiteur, welcome bags à terminer, vérifier les horaires avec le fleuriste et le bar à mojitos. Je suis plutôt sereine, et de toute façon, je n’ai pas le choix, c’est un peu prenant un voyage scolaire ! Et là, mardi matin, un message de Mlle Harley. Un lien vers un article de presse. Le restaurant où nous avions réservé pour vendredi soir a brûlé. Ce n’est pas une blague. Il est, en plus, juste à côté de l’hôtel et de notre Orangerie. Heureusement, que des dégâts matériels pour le restaurant, l’Orangerie et l’hôtel n’ont rien. Mais bon… Mlle Harley Couine délaisse sa to-do list pour nous trouver un nouvel endroit où manger. Elle réussira avec brio, même si ce ne fut pas simple à cause de soucis de communication avec le chef …

Et bah dis, Mlle Poison Elfie, c’est assez non ? Ben non ! Mariage maudit, je te dis ! Rien de plus grave qu’un resto qui flambe, mais quand même. Après quelques tergiversations, il s’avère que l’esthéticienne qui devait rejoindre le Studio n°6, notre salon de coiffure, n’arrive qu’en mai. Nous sommes mercredi, nous n’avons personne pour s’occuper de nos poils et de nos mains ! Cela n’importe pas à tout le monde, mais nous oui. Heureusement, Tyfanie de Perles de beauté qui s’était occupée de nous l’an dernier accepte la mission et nous prépare en un temps record le jeudi matin, avant qu’on ne rejoigne les coiffeuses pour nos couleurs. On aime les petits coups de pression !

J-3 à Jour-J : Le Coronacaca nous vaincra-t-il ?

Comme nous sommes des êtres raisonnables, nous avons demandé à nos convives de se faire tester juste avant de venir nous voir. Cela n’a pas évité la propagation du virus (oui, après 2 ans de résistance, tes super-héroïnes sont mariées et covidées), mais sûrement que cela a limité les risques.

Malheureusement, cela a signifié que beaucoup de nos ami.e.s et de notre famille a dû faire faux bond. Entre jeudi et samedi matin, quatorze personnes n’ont pas pu nous rejoindre et faire la fête avec nous. Et notamment, ma troisième demoiselle d’honneur, Blue Elektra. Fiévreuse, elle ne pourra assurer ce jour-là à mes côtés. J’en suis évidemment très triste, mais on est samedi matin, et j’ai des milliards d’autres trucs à gérer, comme profiter et être belle. Là encore, une team fabuleuse de prestaloves m’entoure : Adrien, Angelyn et Lou me changent les idées, me font parler, et tout va mieux. Je raconterai cette journée de préparatifs bientôt, ne t’inquiète pas.

Mais comme j’ai toujours de bonnes idées (non) et que j’aime bien faire stresser notre maître de cérémonie et notre wedding planner (je vous aime, si vous saviez !), je leur demande s’il sera possible d’avoir un live de la cérémonie. On avait commencé à imaginer un truc du genre pour que Maman Couine puisse suivre si elle ne pouvait pas être là. On réactive donc nos idées d’il y a trois semaines et dans la matinée, notre maître de cérémonie a pondu 2 liens pour que nos invité.e.s absent.e.s puissent suivre. J’envoie directement le lien à notre liste de contacts, à plusieurs groupes Whatsapp et boom, baby !

Dernier joli coup de pression : l’appel au traiteur le vendredi à 8h30. En chargeant les bouteilles, il s’avère que nous n’auront clairement pas assez pour servir des bulles au vin d’honneur et en dessert. En revanche, on a du vin blanc sec alors que je ne pensais avoir pris que du moelleux. Pardon, on a eu 3 ans entre la commande et le mariage, hein. Heureusement, l’Autrement Traiteur a été formidable, on a enlevé un vin blanc et mis du Vouvray au vin d’honneur, tout ira bien.

L’avantage de tout cela, c’est qu’on s’attendait tellement à l’attaque de zombies ou la pluie de météorites qu’on a tout accueilli avec un certain flegme et qu’on profitera à fond des jours qui viennent.

Ouuuh, que peut-il encore arriver ? Crédit photo : bogitw sur Pixabay

Après trois ans de préparatifs, deux reports et un dernier mois qu’on qualifiera de « youloulou », tes super-héroïnes préférées n’ont jamais été aussi près de se dire oui.

Et toi ? Quelles emm***** de dernière minute as-tu dû gérer ?

S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Madame Oulalahoop
1 mois il y a

Mais non vous n’êtes pas maudîtes!!! C’est juste la bataille finale du coronacaca avant de gagner tout le jeu 😘😘😘😘