Chroniques de mariage

La recherche de notre traiteur

Hello ma paillette en chaussettes ! Pour ce premier article en tant que nouvelle Madame, je vais revenir sur une grande partie de l’organisation du mariage : le traiteur du Jour J et du retour de noces.

Nos envies concernant THE repas

Nous sommes très vite tombés d’accord sur nos envies côté culinaire. Nous adorons manger et nous souhaitions que ce repas reflète nos origines : Normandie pour Monsieur Lego et Sud Ouest pour moi. Bien que nous sommes pas contre à casser les codes du mariage, pour le repas, nous sommes restés sur un côté très classique : vin d’honneur sucré/salé, et le service à table entrée, plat, fromage, dessert.

Côté saveur, en entrée, je tenais absolument à avoir du foie gras. Ayant habité longtemps dans les Landes, j’ai toujours mangé du foie gras lors des occasions festives. Je le fais également moi même en sélectionnant des producteurs qui gavent leur canard naturellement. Je ne me voyais donc pas proposer une autre entrée, d’autant plus que mon allergie à tous les produits de la mer écartait tout autre plat festif marin. Nous souhaitions ensuite de la viande, et une très bonne alternative végétarienne pour tous nos invités. Nous voulions aussi des produits frais et locaux, voire bio si possible. Côté bec sucré, j’avoue que je n’ai pas laissé le choix à Monsieur Lego : c’était nude cake à étage ou rien !

Nous avons débuté les recherches en plein premier confinement, en février/mars 2020. A ce moment là, j’étais greffière stagiaire, et n’ayant pas le droit de signer des actes seule, l’école des greffes a mis en suspens nos stages et nous a confinés à domicile. Puisque je n’avais littéralement rien à faire, j’avais donc le temps d’écumer tout Google et toute la liste des traiteurs sur Mariages.net, très utile pour avoir une liste relativement complète, avec des avis et des photos.

Après avoir épluché tous les sites des traiteurs normands, obtenu des dizaines de plaquettes, pris des dizaines de notes dans un carnet, nous avons sélectionné trois traiteurs à contacter qui étaient dans nos prix : Coudray Traiteur, Otrechoze et un troisième traiteur.

Premier rendez-vous : traiteur anonyme

Pour ce rendez-vous, il s’agissait en réalité du deuxième traiteur qu’on a rencontré. Sur le papier, ce traiteur indiquait s’adapter aux envies de ses clients, travailler avec des produits frais. Dans la réalité, je n’avais qu’une envie : le fuir, il m’a mis dans une colère noire. Nous avons donc fait face à un bonhomme imbu de sa personne, qui n’a pas hésité à nous rabaisser, à nous engueuler et à nous parler du mariage de son fils, comme soi disant gage de qualité. « Si mon fils m’a choisit, c’est que je suis le meilleur sur la région ».

Il a rechigné à nous faire un vin d’honneur avec quelques pièces sucrées, apparemment, ça ne se fait pas. Quand je lui ai demandé ses alternatives végétariennes, il m’a proposé du poisson ! Oui du poisson ! Quand je lui ai fait remarquer que les végétariens ne mangent pas de chair animale, et donc du poisson, ce traiteur a osé me descendre en m’indiquant que je n’en savais rien et que les végétariens ont comme seul choix du poisson ou du steak de soja. Tu as bien lu, il m’a proposé un steak de soja comme repas festif. Steak achetable à quelques euros dans un hypermarché, vendu au moins 50€ dans son menu. Du vol.

Être végétarien est un choix, et j’estime qu’ils ont droit à être traité avec respect. Et je souhaitais qu’ils aient un bon repas comme tout le monde. J’ai donc indiqué à cet homme qu’il pouvait très bien faire du risotto. Il m’a répondu que ce n’était qu’un accompagnement et qu’on ne pouvait pas faire de parts plus grosses. C’est là où j’ai eu un doute sur la qualité réelle de ses produits. S’il travaillait réellement des produits frais, je ne vois pas pourquoi il ne peut pas prévoir une part plus grande de risotto alors que nombre de restaurants italiens proposent du risotto en plat. À mon avis, s’il ne peut pas augmenter ses portions, c’est qu’il achète des sachets tout prêts qu’il réchauffe.

Je me suis faite également enguirlandée quand j’ai indiqué que je voulais que mes prestataires mangent la même chose que mes invités. J’ai eu le doit à un beau « vos prestataires ne sont pas vos amis ». Ce n’est pas faux en soi. Mais je n’avais prévu que d’avoir un photographe et un vidéaste sur place. Ils étaient donc pas assez nombreux pour les mettre à une table à part, ils allaient donc être mélangés à nos invités. Et je ne me voyais pas leur donner un steak frites devant des personnes qui allaient manger devant eux des plats plus bistromonomiques. Ce n’est pas très respectueux. Et niveau financier, cela nous a coûté que 40€ de plus, soit une goutte d’eau dans l’océan financier du mariage.

Bien sûr, Monsieur le traiteur a voulu aussi me forcer à avoir du poisson et des fruits de mer pour mon repas malgré mes allergies car je devais « faire un effort ». Pardon, mais les allergies ne sont pas un jeu où on peut faire des efforts. Il ne faisait pas de nude cake ou de wedding cake. Et il a refusé que j’en prenne ailleurs, soi-disant que ça aller coûter un bras et que je n’en trouverais jamais un en Normandie. Spoiler alert : des pâtissiers de mariage existent bien en Normandie et à des tarifs raisonnables. Bref, ma paillette, je n’ai qu’un conseil pour ce genre de rendez-vous : abrège et fuis. Tu trouveras toujours un prestataire qui te correspond. C’est TON jour et c’est aux autres à s’adapter à TES envies, et à celles de ton ou ta partenaire.

Deuxième rendez-vous : traiteur Otrechoze

Otrechoze est un traiteur qui met en avant le fait de travailler avec des produits locaux, de saison. Nous avons eu uniquement un rendez-vous téléphonique. Le contact était plutôt bon, la commerciale sympathique et a pris en compte nos envies pour nous proposer un devis à la carte. Les photos trouvées sur Mariages.net semblent montrer des plats travaillés et joliment présentés. Or, la présentation était également essentielle pour moi, en plus de la qualité des plats. En soi, nous aurions pu prendre ce traiteur, mais le troisième traiteur allait encore plus loin dans le sur-mesure. Depuis, le covid est passé par là, et il me semble que ce traiteur a dû fermer sa branche normande, mais je peux me tromper.

Ce traiteur propose des pièces cocktails plutôt simples, mais également plus travaillées en prenant leur formule plus haut de gamme. Leur propositions de plats nous plaisaient un peu moins, notamment leurs accompagnements plutôt classiques. Je ne voulais pas du traditionnel gratin dauphinois et de sa tomate provençale / botte d’haricots verts. Toutefois, il y a du choix aussi bien en poisson qu’en viande. Des weddings cake sont également proposés. Et contrairement à certains traiteurs, l’eau et le pain sont à volonté, le nappage est compris dans le prix, et le personnel est inclus pour une certaine durée.

Troisième rendez-vous : traiteur Coudray

Nous avons pris ce traiteur c’est le prestataire qui a su le plus s’adapter à toutes nos envies, et sans aucun jugement. C’est simple avec eux, tout était possible, et à un prix tout à fait convenable pour notre budget. Bien qu’ils aient des menus bien définis, on a pu piocher dans chaque menu pour prendre le plat qui nous plaisait le plus. L’eau (dans des bouteilles en verre) et les softs étaient à volonté, tout comme le pain. Nous avons enlevé le nappage car ils nous ont confirmé que cela nous coûterait moins cher de le prendre à notre salle. Coudray propose également beaucoup d’options que nous n’avons pas pris, mais qui aurait pu être sympa comme le candy bar (on l’a fait nous-mêmes), des gaufres en cœur façon sucette au chocolat, fontaine à champagne etc. La vaisselle et le personnel étaient également compris dans le prix.

Le cocktail comprenait un cocktail 10 pièces avec une animation (on a choisi croque d’été cuisiné devant nos invités) avec un mélange de pièces sucrées (éclairs, choux) et salées (bonbons de chocolat au foie gras, verrines, crème brûlée au foie gras etc). La commerciale a bien noté mon allergie aux produits de la mer sans sourciller et m’a indiqué qu’il n’y aurait aucune pièce de la mer. C’était tellement bon que tout a été mangé par nos invités.

Le repas a été le moment où Coudray a été le plus flexible sur nos envies. J’ai bien eu mon foie gras en trois états pour mon entrée qui de base était proposé avec du pain d’épices. En bonne sudiste, j’ai toujours considéré le foie gras-pain d’épices comme une hérésie. Cela a été remplacé par du pain brioché sans aucun problème. Pour les végétariens, nous avons choisi un croustillant de camembert et pomme, verrine de légumes, et mini bouchée aux champignons.

Photo personnelle : foie gras dans tous ses états

Pour le plat, j’adore le magret de canard, mais pour éviter de faire trop doublon avec l’entrée, nous avons préféré le veau. Coudray a également respecté mon choix de proposer la sauce aux épices dans une saucière posée en centre de table. Je voulais éviter d’avoir un gros pâté de sauce dans l’assiette et cachant la viande. Au final, cela arrangeait également la maître d’hôtel car c’était plus simple pour les serveurs qui n’ont pas eu à stresser à l’idée de mettre de la sauce partout. Et nous avons choisi comme accompagnement crumble de ratatouille et tian de courgettes. Les végétariens ont eu le droit à…. un steak de soja, des lasagnes de légumes.

Photo personnelle : entrée végétarienne – bonbon de camembert aux pommes et bouchée aux champignons – correctement cuite le jour J 😉
Photo personnelle : le tian de légumes et le crumble qu’on a choisi et les autres accompagnements.

Concernant le fromage, c’était plateau de fromages normands avec un intrus : de l’ossau iraty accompagné de sa confiture de cerises noires. Fromage que je voulais absolument en clin d’œil à mes origines. Puis comme Coudray ne fait pas de wedding cake, nous avons eu à une ristourne, car ils se sont contentés de servir le dessert qu’on a commandé.

Les équipes de Coudray ont aussi été très conciliants sur les choix du menu enfant. Ils nous ont proposés une version réduite de notre menu car nous avions en réalité plus d’ados que d’enfants jeunes. C’était sans compter ces ados là qui ont préféré avoir un simple hamburger frites ! Le menu réduit a donc été donné à une invitée qui a subi une sleeve. Et ils ont été très compréhensifs quand j’ai voulu donner à quelques invités qui ne mangent pas de foie gras, l’entrée végétarienne avec le plat de viande.

Photo personnelle : leurs gâteaux sont très bons.

Le Coco a juste rendu la dégustation plus folklorique. Nous aurions dû déguster dans les locaux de Coudray en septembre 2020. Or, j’ai attrapé le covid trois jours avant le rendez-vous, que j’ai transmis à Monsieur Lego après. Dégustation reportée en octobre, à emporter à domicile en raison des restrictions sanitaires. Je suis un peu déçue de ne pas avoir vécu une vraie dégustation sur place, où on peut voir la présentation des plats et la qualité du service. Forcément à la maison, on n’a pas le coup de main pour faire une belle assiette. Toutefois, les plats étaient excellents, même réchauffés. C’est ce qui nous a poussé à ne pas regretter nos choix, si c’est bon en réchauffé, c’est logiquement bon en direct sur place. Et nous avons été enchantés le jour de notre mariage. Cela explique les photos de cet article. Je n’ai aucune photo du repas en dehors du vin d’honneur. Les photos sont donc celles de la dégustation à domicile. Tu devras me croire sur parole : la présentation des plats était très soignée 🙂

S’abonner
Notification pour
guest

1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Céline
Céline
2 mois il y a

Ca a l’air trop bon ! Et je comprends mieux la présentation des plats, ça me laissait perplexe ces plateaux ahaha