Chroniques de mariage

Chapitre 7 : la Mairie

Une chronique de Mademoiselle Spotlight

Samedi 29 mai 2021, 7h30.

Branle-bas de combat !


Je te laisse imaginer la scène, ma Paillette. Ma sœur a débarqué la veille (« surprise ! ») avec sa « +1 » (qui n’est pas sa compagne mais sa BFF : elles se voient si peu avec l’éloignement géographique de ma sœur qu’elles ne peuvent évidemment pas manquer une occasion de se voir… L’amie avait proposé de se prendre une chambre d’hôtel plutôt que de venir squatter chez moi, mais je ne pouvais pas leur faire ça !).

Nous sommes donc 4 dans un 25m2, à nous préparer !


Ma mère prend son café dans la cuisine, avant de venir me coiffer. Elle semble prendre tout son temps, et ne se rend pas compte que le timing n’est pas le bon pour parler de « mères célibataires en galère » et de divorce… Je sens la pression qui monte, et elle ne m’aide pas !


J’enfile ma robe de mairie. Je dois l’avouer, le résultat ne me plaît pas complètement. Je trouve qu’elle me « boudine », et je ne comprends pas ce qui m’a pris de choisir une robe dos nu… sans prévoir de veste appropriée. En fait si, j’avais initialement prévu une petite cape en fourrure, mais avec ce fichu report, et cette cérémonie civile fin mai, ce serait inconcevable de me pointer avec ça, en sueur, devant le Maire !).

Mes 3 accompagnatrices ont beau me confirmer que je suis ravissante, j’ai presque hâte de me changer… 


L’heure tourne et j’insiste pour que nous partions en avance. Ma sœur n’est pas d’accord car « la mariée doit arriver en retard » ! 

Nous avons 10 minutes de marche à pied pour arriver devant la Mairie, 10 minutes pendant lesquelles je me sens stressée par les 3 autres qui marchent au ralenti, troublée par les regards qui s’attardent un peu trop sur ma robe dans la rue, impatiente de voir si Monsieur Juillet sera bien à l’heure, et de lui apprendre que sa belle-sœur est finalement de la noce (je ne lui ai bien sûr encore rien dit).

Notre mariage civil en petit comité – photo personnelle

Nous y voilà. 

Monsieur Juillet est bien là, en pleine forme, avec ses deux témoins.

En fait, tout le monde est déjà arrivé : les parents de mon futur époux, mon père, ma demoiselle d’honneur. Une union en tout petit comité, intimiste, c’est parfait.

Je commence par annoncer la surprise à Monsieur Juillet, qui comme je me doutais, réprime quelques larmes avant de voir enfin arriver ma sœur (qui avait fini par être 300 mètres derrière tellement j’accélérais le pas).

Je reçois de nouveaux compliments sur ma robe, et décide de me détendre un peu sur ce sujet.

Samedi 29 mai 2021, 10h. 

A la Mairie du 20ème, les groupes entrent et sortent de la salle des mariages. 

Une famille quitte la pièce, c’est notre tour, tandis que les suivants patientent sur le parvis.

La salle des mariages est une immense pièce décorée de boiseries (et d’une statue un peu creepy de Monsieur Garibaldi).


L’adjointe au maire nous accueille et la cérémonie peut commencer. J’ai l’impression que tout ceci ne va durer que 2 minutes : le discours de l’adjointe, les consentements, la signature du registre. 


Nous nous prêtons ensuite au jeu des photos dans le grand escalier de l’Hôtel de ville. C’est un peu déstabilisant sur plusieurs points : je ne suis pas sûre d’avoir anticipé le fait d’être autant l’objet de l’attention collective, et comme je reste un peu frustrée par cette histoire de robe, j’ai surtout envie qu’on file au cocktail !

La cérémonie civile, c’est fait ! – photo personnelle

Il y a aussi mon père et ma mère, qui ne se parlent plus depuis 30 ans, et qui se retrouvent dans la même pièce en tout petit comité… Mon père a pris le parti de sympathiser avec mes beaux-parents, tandis que ma meilleure amie tient compagnie à ma mère : il n’y a donc pas de nuages en vue. 


Nous partons finalement vers le 12ème, chez mon beau-père, qui nous accueille gentiment dans son salon pour notre petit cocktail de célébration.

L’ambiance est détendue : kir au curaçao, petits fours salés et sucrés, musique d’ambiance.

C’est surtout la première occasion pour nos familles de se rencontrer et d’apprendre à se connaître (ce qui se révélera en fait un coup de pouce magique pour la vraie fête de mariage, 4 mois plus tard).

Là aussi le temps semble s’être accéléré.

J’essaye de parler un peu à tout le monde, de profiter de l’instant, de graver tout ça dans ma tête.

Samedi 29 mai, 14h.

La suite du week-end, c’est que nous partons avec nos témoins uniquement, direction un petit gîte de campagne à 1h30 de route. Monsieur Juillet et moi en avons dit le moins possible sur notre « lieu secret »…


Il s’agit d’un mini château, d’une surprenante couleur rose, bien caché au fond d’un bois. On est sur un parfait mix entre Mario Bros et Disney.

Notre château pour la nuit – photo personnelle

Notre hôtesse, après les recommandations d’usage, nous laisse rapidement prendre possession des lieux : une cuisine bien équipée, une vaste salle à manger, un second salon, 3 chambres spacieuses, mais surtout un immense jardin avec deux terrasses (l’une pour jouer au ping-pong, la seconde pour se prélasser dans un jacuzzi).


Une bière à la main, dans ma nouvelle tenue (une djellaba blanche et strassée !), je peux enfin me détendre et réaliser ce qui vient de se produire.

Moment de détente et de débrief sur la terrasse – photo personnelle

L’ambiance est absolument magique, tant par l’endroit que par nos meilleurs amis respectifs qui apprennent à mieux se connaître et évoquent la matinée comme déjà, un souvenir spécial que nous partageons tous.

Une amorce idéale pour notre « faux voyage de noces », que je te raconterai la prochaine fois, ma Paillette !

A propos de l'auteur

Mademoiselle Spotlight, 35 ans, jeune mariée d'octobre 2021 !!
S’abonner
Notification pour
guest

2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Mademoiselle Poison Elfie

Elle est très bien ta robe ! 😉 Vive les mariés !

trackback

[…] t’avais laissée, ma Paillette, après le récit de mon mariage civil, simple mais marquant. Et je t’avais aussi raconté mon premier faux voyage de noces dans la […]