Couple / Vie quotidienne

Salut, je viens aux nouvelles !

Une chronique de Madame Red

Hey jeune lecteur.ice ! Ici Madame Red (pour le moment, un petit renouveau de pseudo se fera bientôt! ) !

Tu te souviens de moi ? Non ? C’est NORMAL.

Parce que j’ai écrit un seul article ici, mon article de présentation, et depuis : silence radio. Je m’en excuse.

La vie n’a pas été très sympa avec nous cette dernière année. Laisse-moi te faire un petit topo…

On ne choisit pas sa famille, mais parfois on aimerait bien

Et par là, je ne fais pas allusion à la mienne, de famille, mais bien à celle de mon mari.

Issu d’une famille très divisée, élevé par un père manipulateur et violent, traumatisé par des évènements qu’un enfant/ado n’est pas censé vivre, mon mari garde quelques séquelles de son passé.

De fait, mes relations avec ma belle-famille n’ont jamais été vraiment cordiales. Venant pour ma part d’une famille où il n’est pas considéré que la femme doit se taire et rester dans sa cuisine, la confrontation entre nous et eux n’a pas été simple, dès le début. Autant avec la moitié de mes beaux-frères/belles-sœurs (ils sont 10 enfants en tout), qu’avec mon beau-père. Ma belle-mère étant une personne assez faible d’esprit mais avec un bon cœur et très gentille, les relations auraient pu être bonnes si mon beau-père n’avait pas érigé des barrières entre nous. Dès le début de notre couple, nous avons subi beaucoup de violences verbales, dirigées contre moi et ma famille.

Mais en octobre 2020, cette violence a atteint un autre niveau et a finit par tourner au drame.

Sans rentrer dans les détails, nous parlons ici de violences conjugales et infantiles physiques, de menaces très graves à notre encontre, de mensonges, de suivi social et psychiatrique, et d’action en justice. 

Cela a donc été, et est toujours, une situation très délicate et parfois difficile à supporter sur le plan psychologique.

En février, un rayon de soleil pointe le bout de son nez…

Mi-février, après un retard de règle, je découvre que je suis enceinte. Bébé n’était pas prévu, mais immédiatement, nous sommes heureux. Nous sommes mariés depuis 3 ans, notre situation est presque totalement stable, et pour moi, c’est une envie qui se concrétise, plus tôt que prévu certes, mais ce n’est pas grave.

Prise de sang et premier examen, tout va bien. La projection commence, nous voyons déjà notre vie future à 3 (5 ! On n’oublie pas les animaux !).

Mais le rayon de soleil est balayé brutalement par un orage

Un soir, je constate de légers saignements et des petites douleurs. J’essaie de ne pas trop m’inquiéter et part me coucher. A surveiller dans la nuit.

Je me réveille à 5 heures du matin, avec un sentiment de malaise. Les douleurs et les saignements s’intensifient dans les heures qui suivent, mon mari décide donc de me conduire aux urgences.

Après les 4 heures d’attente les plus longues et horribles de ma vie, le couperet tombe, sans délicatesse, sans empathie : à six semaines de grossesse, je viens de perdre mon bébé. Ma petite paillette ne s’est pas accrochée.

Je ne reviendrai pas sur l’indélicatesse des services qui se sont occupés de moi et sur la manière dont ma douleur et mes sentiments ont été minimisés. 

Juste une chose : la phrase « vous êtes jeunes, vous en aurez un autre » est à proscrire. Dans un instant aussi douloureux, on ne réfléchit pas comme ça. C’est ce bébé que je voulais, pas un autre.

Au retour chez nous, nous discutons, longtemps, et décidons de reprendre les essais dès que possible.

Nous sommes donc officiellement en essai bébé.

Mais la vie en a décidé autrement

Fin juin, je retombe enceinte, sans vraiment me réjouir, à cause de la première fois et de la peur de le perdre à nouveau.

Malheureusement, je vis une nouvelle fausse couche, et cette fois, je décide de la vivre sans équipe médicale autour. Je ne veux pas être encore plus mal que je ne le suis déjà à cause de paroles malheureuses.

Après quelques semaines, je décide tout de même d’aller faire des examens, car il faut que je vous le dise : il s’agit de ma troisième fausse couche. J’en avais déjà vécue une en 2018, mais étant très jeune dans ma tête à ce moment et pas du tout dans l’optique de devenir maman, psychologiquement, je n’ai pas été vraiment touchée. Ce sont mes deux pertes de cette année qui m’ont détruite.

Les faits sont là : 3 fausses couches, c’est peut-être le signe que quelque chose ne va pas.

Et quelque chose ne va pas. C’est dit ici sans rentrer dans plus de détails, car je dois encore faire d’autres examens complémentaires et je ne suis pas encore prête à ça.

Je veux qu’on laisse mon corps tranquille et je ne veux plus que qui que ce soit dans le corps médical ne m’approche pour le moment.

De toute façon, la conclusion est là : j’ai 25 ans le mois prochain, et je ne pourrai pas avoir d’enfant « naturellement ».

Je vais devoir me faire aider, j’aurai besoin d’un sacré coup de pouce et surtout, surtout, d’un miracle.

Nous avons décidé de ranger ce projet dans un coin de notre tête pour l’instant. Notre couple a failli exploser en mille morceaux suite à cette année, et notre priorité numéro une est devenue : le sauver. Nous sommes en bonne voie.

Nous guérissons, petit à petit. Parfois c’est compliqué, il y a des jours avec, et des jours (voir des semaines parfois) sans.

Vivre avec ça, c’est aussi apprendre à vivre avec les gens autour de nous, qui ne font pas toujours preuve de respect et de délicatesse, même en connaissance de cause. La blessure se referme petit à petit, mais c’est comme un bobo autour duquel se forme une croûte : parfois il suffit d’un malheureux petit coup pour que la croûte saute et que le bobo se remette à saigner.

Et ça, les gens ont du mal à l’assimiler. Mais peut-être que j’en reparlerai plus tard.

Je suis désolée pour cet article pas très joyeux. Mais ne t’en fais pas : ils ne seront pas tous comme ça. Je compte te refaire le récit de mon mariage très vite, et là tu vas voir : ça sera beaucoup mieux. 

A bientôt !

S’abonner
Notification pour
guest

7 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Mademoiselle Poison Elfie
10 mois il y a

Ton article me fend le coeur … Enormes câlins et tout mon soutien à vous 2 <3

Madame [ɑ̃]ncre
10 mois il y a

De tout coeur avec toi dans ces terribles épreuves !

Madame Oulalahoop
10 mois il y a

Je suis vraiment de tout coeur avec toi, avec vous. Tout plein d’energie pailletée pour réussir à passer ses épreuves qui transforment la vie en vieille chaussette trouée parfois :*

Madame Moonlight
10 mois il y a

Oh Madame Red, je suis désolée de lire que vous vivez de moment si difficile.
Je suis de tout coeur avec vous ma paillette <3

Mademoiselle Soleil
Mademoiselle Soleil
10 mois il y a

Ton article me rend triste et j’en suis désolée pour vous. Pleins de courage

Mademoiselle Flocon
10 mois il y a

Madame Red, ton article m’a bouleversée… Je suis impressionnée par ta force et t’envoie toutes mes pensées ❤

Mademoiselle Carpe
10 mois il y a

Wouah. Je n’avais pas eu le temps de passer lire les articles, je découvre aujourd’hui le tien. Tu es très courageuse de prendre le temps de guérir ton couple après tout ce que vous avez vécu – surtout toi. Je te souhaite d’aller le mieux possible.