Couple / Vie quotidienne

Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort …

Un article de Mademoiselle Val –

Pourquoi un tel titre ? Parce que je ce que je m’apprête à te raconter est l’épreuve la plus douloureuse que j’ai vécu à ce jour. Et pourtant crois-moi en terme d’épreuves de la vie j’en connais un rayon. Du coup je préfère t’avertir tout de suite que je vais parler d’un sujet douloureux et délicat. Il s’agit ici de la perte d’un enfant et d’interruption médicale de grossesse. Si ces sujets sont trop difficiles pour toi je ne t’en voudrais pas si tu ne lis pas ma chronique.

Quand j’ai rencontré Monsieur M nous étions déjà chacun parent de 2 garçons. Il n’était alors pas question de nous relancer aussi vite dans l’aventure de la parentalité avec un nouvel enfant. Et puis quelques mois plus tard j’ai découvert à ma grande surprise que j’étais enceinte. Ce test positif nous a tout de suite comblé de joie ! Bien que pas prévu nous savions que nous serions prêts à accueillir ce bébé au sein de notre famille imparfaite ! Mais cette grossesse s’est interrompue presque aussitôt.

Cette fausse couche précoce nous a alors donné l’opportunité de parler de l’envie d’agrandir notre famille. Et finalement lui comme moi souhaitions un autre enfant. Nous sentions que nous étions prêts à franchir cette étape avec la bonne personne à nos côtés. Nous avons alors très rapidement décidé de commencer les essais bébé.

Je suis tombée enceinte presque immédiatement. Nous étions si heureux. Tout se passait bien, cette grossesse me comblait malgré son lot de désagréments comme la fatigue et les nausées. Nous l’avons annoncé assez rapidement à nos proches car nous voulions partager notre grand bonheur avec le plus grand nombre. En plus mes 2 belles-sœurs étaient également enceintes. Nous partagions alors régulièrement sur le sujet et nous étions heureuses d’avoir des enfants qui seraient proches en âge.

Nos enfants étaient aux anges, prêts à accueillir ce petit frère ou petite sœur, mes fils étaient aux petits soins avec moi toujours à me poser des questions. Ce bébé faisait déjà partie intégrante de notre famille même s’il n’était au creux de moi que depuis quelques semaines.

crédit photo : photo personnelle

Et puis quelques jour après mon anniversaire, le 22 novembre 2019 j’ai eu rendez-vous pour ma première échographie. Nous y sommes allés tous les deux , impatients de découvrir notre bébé à l’écran. Mais dès les premières secondes, nous avons compris qu’il y avait un problème. Le gynécologue a décelé une anomalie. S’en sont suivis plusieurs semaines interminables ponctuées de nombreux examens et analyses. Et puis le verdict est tombé: notre bébé tant aimé souffrait d’une anomalie génétique incurable. Encore une fois la vie me faisait la pire des vacheries …

Le sol s’est ouvert sous nos pieds, nous avons eu la sensation de sombrer. Nous étions tristes, en colère et surtout nous avons ressenti une telle injustice… Il nous a alors fallu prendre une décision concernant la poursuite de ma grossesse. Nous avons pris celle qui nous paraissait la plus juste et la moins égoïste. Mener ma grossesse à terme aurait été possible, mais notre enfant aurait eu une vie remplie de difficultés de toutes sortes et une courte espérance de vie. Nous avons aussi et surtout voulu préserver nos 4 fils d’une vie complètement chamboulée. Eux qui se remettaient à peine des nos séparations respectives. Nous avons très rapidement décidé de pratiquer une interruption médicale de grossesse avec l’accord et l’avis de l’équipe médicale qui nous suivait. On nous a annoncé la terrible nouvelle le jeudi et mon accouchement a été planifié pour le samedi.

2 petits jours… C’est le temps qu’il me restait pour dire au revoir à ma petit plume que je sentais déjà virevolter au creux de moi… J’ai passé ces 2 jours à préparer son départ. La sage femme qui nous suivait nous avait proposé de préparer un tenue et des objets qui l’accompagneraient… Je lui ai alors acheté un joli lange tout doux et je lui ai crocheté un minuscule lapin à l’intérieur duquel j’ai glissé la première bague que monsieur M m’avait offerte. C’était important pour moi qu’il parte avec un petit bout de notre amour. Et puis surtout je lui ai parlé, je lui ai expliqué notre choix. Que si nous prenions cette décision c’était parce que nous l’aimions de tout notre cœur. Je me suis préparée du mieux que j’ai pu en laissant libre court à mes émotions.

Ce samedi là, nous sommes arrivés tôt à l’hôpital et le cauchemar a commencé. Cela a été très long et très douloureux. J’ai vécu la journée la plus difficile ma vie. Donner la vie à un enfant qui allait mourir dans les secondes qui suivraient est la plus grande des injustices… Je ne rentre pas dans les détails, mais j’ai du vivre un accouchement par voie basse classique avec déclenchement et péridurale. Je résumerai juste en disant que cela à été de très longues heures d’attente ponctuées de contractions, à entendre les bruits des accouchements dans les salles de travail autour de nous, à sentir mon cœur se serrer quand j’entendais les premiers cris de ces bébés parfaits. Heureusement lui Monsieur M était là à me tenir la main à chaque instant, à m’entourer de tout son amour pour m’aider à supporter l’insupportable… Et puis à 22h40, notre bébé est né sans vie. Nous avons pu le voir quelques minutes plus tard afin de lui dire au revoir. Cela a été un moment très douloureux mais aussi incroyablement doux. Le personnel soignant présent avec nous a fait preuve d’une grande gentillesse et d’empathie, pour nous aider à commencer notre travail de deuil. Je n’oublierai jamais ces regards et ces gestes. Cet instant qui a fait de nous des parents… Cet instant où notre petite plume a pris son envol.

Crédit photo : photo personnelle

Les jours qui ont suivi ont été tout aussi douloureux. Il a fallu quitter cet hôpital en laissant derrière nous notre bébé. J’ai passé 10 jours roulée en boule sous ma couette à regarder Friends. À vivre seuls tous les 2 notre douleur. J’ai enduré Noël seule à pleurer sans ma famille ni mes enfants. Monsieur M m’avait proposé de l’accompagner dans sa propre famille mais c’était au dessus de mes forces. Ma douleur et ma tristesse ne m’ont pas quittée pendant ces semaines. Durant cette période j’ai souvent posé des mots sur mon compte instagram pour échanger avec celles et ceux qui pouvait comprendre. Parce qu’autour de nous notre tristesse et notre deuil a souvent été incompris et jugé. J’en ai d’ailleurs beaucoup voulu à mes proches qui n’ont pas su m’apporter le réconfort nécessaire. Je pense sincèrement qu’il n’ont pas su comment réagir parce qu’il ne connaissait pas ce ressenti du deuil prénatal. Beaucoup d’entre eux n’ont jamais eu un mot à l’égard de ce bébé “qui n’existe pas “. Et ça crois moi c’est bien ce qui me rend le plus triste aujourd’hui encore.

J’ai heureusement des amies extrêmement bienveillantes et ma maman qui par un geste, un message, un petit présent ou juste un pensée me font ressentir que ce petit bébé compte. Notre plume veille sur nous et notre famille j’en suis certaine. Il a renforcé l’amour qui existait entre monsieur M et moi. Cette épreuve qui aurait pu mettre à mal notre jeune couple est devenue notre force.

Aujourd’hui la décision de nous marier est un évidence, cette épreuve nous prouve que notre amour est assez fort pour nous aider à surmonter n’importe quel obstacle. Et chaque jour nous savons qu’un minuscule petit bonhomme est là pas loin pour nous rappeler à l’ordre quand nous craquons.

Je me tiens prête à échanger avec toi si ce sujet te touche de près ou de loin ou que tu as des questions vraiment n’hésite pas .

Commentaires

Avatar
Mademoiselle Flocon
18 novembre 2020 à 11 h 15 min

Cet article me brise le cœur… Quelle épreuve. Je t’envoie tout mon soutien Mademoiselle Val (ainsi qu’à Monsieur M).
Vous êtes maintenant les par’anges d’une petite étoile qui fera toujours partie de vous, de votre famille. <3



Avatar
Mademoiselle Moonlight
18 novembre 2020 à 14 h 50 min

Oh Mademoiselle Val, je suis désolée. Je ne peux qu’imaginer l’épreuve difficile que vous avez traversé.
Je vous présente tout mon soutien.



Avatar
18 novembre 2020 à 20 h 25 min

Oh je suis vraiment attristée par ton récit. Perdre un enfant est la pire des choses selon moi même si je n’ai pas connu ça j’imagine le trou béant qui se creuse dans son coeur. Je trouve bien triste que certains membres de ta famille n’ai pas été plus présent durant cette terrible épreuve. Comme je dis souvent c’est dans les pires moments de la vie que l’on peut voir sur qui on peut vraiment compter. C’est bien que toi et ton chéri vous êtes encore plus proches et que cette épreuve douloureuse vous a encore plus rapproché. Je vous souhaite de connaître beaucoup de bonheur à l’avenir.



Avatar
Madame Oulalahoop
21 novembre 2020 à 19 h 53 min

Oh Mademoiselle Val… Je suis sûre que ton ange veille sur votre famille depuis là où il est :* je t’envoie plein de bisous



Avatar
Mademoiselle Val
23 novembre 2020 à 11 h 14 min

Merci beaucoup pour vos gentils commentaires surtout en cette période compliquée de date anniversaire .



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *